Marie Josette Maxime Calixte, MBA
Mes parents entrepreneurs sont ceux qui ont instillé en moi le goût pour l’entrepreneuriat comme choix pour une vie comblée.

Dans les années 90, alors que j’avais 23 ans, j’ai établi ma première compagnie à partir de rien en Afrique de l’Ouest. C’était un magasin de vêtements pour enfants. J’ai beaucoup appris sur tout ce qui est comment monter une entreprise, la faire marcher, bien me soucier de la clientèle, des employés, de la marchandise, des règlementations et de la vue d’ensemble. J’ai commis des erreurs relatives à la planification, à l’étude du marché et au contrôle. C’était il y a deux décades. J’ai remarqué, depuis, que nombreux sont les entrepreneurs de partout qui font les mêmes erreurs coûteuses et évitables, erreurs subtiles et superficielles, imaginez-vous.

J’aspire à partager mes connaissances et mon expérience sous forme d’encadrement et d’accompagnement, surtout que depuis le stade de l’observation des parents et de l’établissement de ma première entreprise, j’ai tenu à pleinement intégrer le monde des affaires en étudiant tout ce qui se rapporte au domaine, incluant la gestion des institutions de santé, la gestion des services communautaires, la gestion de projets, ceinture verte six sigma en technologie (assurance qualité), développement de cours sur internet (conception et enseignement avec utilisation de technologie), formation axée sur les compétences (de la pédagogie mettant l’emphase sur l’importance d’aider chaque apprenant à atteindre son potentiel à son rythme), marketing numérique, et d’autres que je vais omettre ici.

Tout cela revient à dire qu’ayant grandi dans l’entrepreneuriat, entrepreneur moi-même ayant aussi travaillé pour d’autres à part les études en administration des affaires et dans les autres disciplines y relatives, je suis compétente et capable d’apporter mon assistance aux entrepreneurs soucieux d’atteindre leurs buts pour leur propre satisfaction personnelle, pour le bien-être de leur famille et de leur communauté. Je conçois une relation de collaboration car je me dédie au service de l’autre. Ma philosophie est que mes clients doivent pouvoir imprégner leur compagnie de ce qui leur importe, de leur vision et de cette version améliorée de la réalité qu’ils conçoivent. Ensuite, nous matérialisons le projet ainsi défini.

Mon expertise se concentre sur les entreprises en démarrage. Toute fondation doit être solide. C’est la raison pour laquelle je préfère me dévouer et prendre le temps nécessaire à ce niveau-là pour que l’entreprise qui porte mon empreinte soit solide au présent autant qu’elle le sera dans le futur, mettant un point d’honneur sur l’obligation de résultats, la continuité et la flexibilité – tout cela basé sur la culture d’entreprise.

À propos, j’ai un peu voyagé et j’ai appris à apprécier la diversité et l’individualité. J’ai vécu en France quelques années ; au Togo aussi. J’ai enseigné le français cinq ans à New York à des enfants et à des adultes composant, tour à tour, des classes d’un ou de plusieurs. La plupart de mes élèves préparaient un voyage d’agrément dans un pays francophone ou en France. Ils étaient en général, quasiment des débutants. L’une de mes élèves, une personne retraitée qui se passionne pour la langue, a parcouru toute la méthode, parle et écrit couramment, pense et s’exprime en français avec abstraction. Un autre de mes élèves préparait son entrée dans une université française pour des études devant durer un an et y est allé. Il parlait déjà couramment à l’inscription de son cours avec moi mais devait reprendre son test de français en tant qu’étranger non francophone. Pourquoi avait-il échoué la première fois ? Il se mélangeait dans les stratégies et ne choisissait pas celles qui devaient marcher pour lui, ne sachant que là se trouvait le problème, pas sa capacité à s’exprimer ni à se faire comprendre. Ces exemples démontrent mon habilité à débloquer ce qui coince ainsi qu’à maximiser son potentiel, à chacun de mes clients.

En Haïti, j’ai fait du tutorat à l’institution académique de mes parents (optique, en classe de première, avant de partir à l’étranger encore adolescente). J’étais élève du cours secondaire de mes parents : Civisme. Aussi après nos cycles primaires, mes frères, mes sœurs et moi avons ainsi joui du privilège de l’enseignement à domicile. Mes parents (père, chirurgien-dentiste et avocat ; mère pédiatre) nous enseignaient eux-mêmes, et engageaient des spécialistes dans leurs domaines pour les cours qui complétaient les leurs. Je parle couramment le créole haïtien et j’ai fait de l’interprétation légale devant les tribunaux de New York pendant quatorze ans. C’est important de remarquer que le fait de parler plusieurs langues veut dire que je comprends profondément la nuance des êtres ainsi que leurs priorités. En d’autres mots, j’adopte une approche ouverte pour garder mon objectivité tout en faisant de mon mieux pour me mettre à la place des autres.

Ayant été des deux côtés, entrepreneur-employeur et employée qui sais bien ce que chacun de ces deux statuts inclut de particulier, je peux affirmer que les connaissances théoriques et pratiques, ainsi que la créativité, vont ensemble. Ils forment un tout d'une valeur inestimable puisque tout le monde devrait chercher à dépasser le stade de la gestion pure et simple de l’entreprise. Idéalement, chaque entrepreneur doit vouloir être à la tête d’une entreprise durable et prospère indépendamment de lui.

Je prends position par conviction pour le changement social à long terme via l’entrepreneuriat.